Spread the love

Mes 7 conseils pour réduire votre impact énergétique sur Internet

 

L’impact énergétique d’Internet, qu’est-ce que c’est ?

 

On a longtemps nié l’importance qu’Internet avait sur l’émission de carbone et la quantité importante d’électricité qu’il faut de plus en plus générer.

Internet, c’est 200 kg de gaz à effet de serre et 3000 litres d’eau par internaute et par an. En sachant que nous sommes 3 milliards d’utilisateurs d’Internet, cela représente environ :

  • 346 kWh d’énergie (essentiellement de l’électricité), soit la consommation électrique annuelle de 10 haïtiens ou de 10 ordinateurs portables ;
  • 203 kg de gaz à effet de serre, soit l’équivalent de l’émission annuelle de 1 afghan ;
  • 2 924 litres d’eau, soit 2,5 ans de survie pour un être humain.

Wow, tout ça, juste pour Internet ! Et c’est en plus de notre consommation habituelle, évidemment !  Les tendances sont en hausses et si nous voulons agir sur l’écologie pour prévenir notre belle planète bleue, il est important de prendre en compte notre impact énergétique, y compris sur Internet.

Les ordinateurs et téléphones portables

1) Éteindre les appareils reliés à Internet lorsqu’ils ne sont pas utilisés (surtout la nuit)

 

Ça a l’air évident, et pourtant !

Avouez que vous aussi, vous laissez votre téléphone portable sur votre table de chevet allumé lorsque vous allez vous coucher ? Je ne vous juge pas, je plaide coupable aussi. Après tout, nous en avons besoin pour regarder l’heure quand on se réveille au milieu de la nuit, pour écouter de la musique pour s’endormir ou pour que notre réveil sonne…

Si éteindre votre téléphone portable la nuit vous semble impossible, veillez cependant à ce que votre ordinateur soit éteint. Le mode veille continue à consommer de l’énergie, même à faible dose, ce qui a évidement un impact énergétique non négligeable.

 

2) Mettre les appareils en mode économie d’énergie ou mode avion

 

S’il est difficile d’éteindre complètement son portable la nuit, le mettre en mode avion devrait être plus abordable pour la plupart d’entre nous. Il est désormais prouvé que les ondes émises par le téléphone portable sont nocives pour le cerveau, et peuvent même avoir un impact sur la reproductibilité des hommes qui le mettent dans leur poche de pantalon.

Il est conseillé d’utiliser le mode économie d’énergie autant que possible (pour ma part, il est tout le temps actif en journée). Ce mode limite les performances de votre téléphone ou de votre ordinateur, réduisant l’énergie utilisée et augmentant la durée de vie de votre batterie.

Dans tous les cas, d’un point de vue énergétique et pour votre santé, il est essentiel d’éviter de rester avec votre téléphone trop proche de votre tête pendant de longues durées et limiter les ondes pour les enfants et les femmes enceintes.

 

Votre boîte mail

email

 

3) Compresser les pièces jointes des mails

 

Lors de l’envoi de mail, l’impact énergétique est essentiellement dû aux pièces jointes que nous y attachons. En effet, après avoir conclu que le mail était LA solution écologique nous permettant de faire des économies de papier tout en gagnant du temps, nous avons pris l’habitude d’envoyer des PDF ou des images à foison. Ces pièces jointes restent parfois conservées par les serveurs, même après leur suppression de votre boîte mail (plus bas, vous trouverez une solution à ce problème).

Pour compresser les images, j’utilise Imagify qui propose un contenu mensuel gratuit de 25 Mo, ce qui me suffit largement.

Selon votre boîte mail, il vous sera possible de compresser vos images directement en cochant simplement une case. C’est une prestation qu’offre Outlook notamment.

Dans le cas d’autres pièces jointes comme des PDF par exemple, vous pouvez les compresser avec Winzip ou Winrar afin de réduire le poids de vos documents, et donc vos émissions de carbones.

 

4) Nettoyer régulièrement ses boîtes mails

 

Idéalement, il faudrait trier votre boîte mail régulièrement et supprimer les mails inutiles au fur et à mesure. Seulement, si comme moi vous avez procrastinez cette tâche pendant trop longtemps, il existe un outil magique pour supprimer vos vieux mails et de vous désabonnez de vos newsletters en quelques clics.

Plus besoin de sélectionner un par un vos mails, Cleanfox le fait pour vous ! Choisissez la boîte mail que vous souhaitez nettoyer et laissez Cleanfox la scanner. Ensuite, il vous proposera simplement de supprimer et/ou de vous désabonner de la newsletter, ou d’ignorer pour ce type de mail. En quelques minutes, vous effectuerez facilement un travail qui vous aurait pris au moins 2x plus de temps !

A noter cependant que Cleanfox ne prend pas en charge toutes les boîtes mails, comme c’est le cas de Lilo par exemple. Cependant, la majorité des serveurs mails utilisés dans les pays francophones sont pris en charge par leur système. En plus, à chaque boîte mail traitée, Cleanfox s’engage à planter un arbre.

 

5) Opter pour une boîte mail écoresponsable

 

Une grande majorité des webmessagerie stockent vos mails et leurs pièces jointes à vie. Selon Adème, le stockage de données inutiles représente 136kg de CO2 par personne et par an.

La messagerie Lilo s’engage à réduire l’impact de carbone produit par vos pièces jointes en ne les stockant pas inutilement. Une partie de l’électricité des serveurs de sauvegarde provient d’énergies renouvelables et leur système de refroidissement fonctionne sans climatisation.

J’utilise la messagerie de Lilo pour mes mails personnels depuis plus de deux mois et j’en suis très contente. Je n’ai jamais eu de problèmes pour recevoir ou envoyer des mails, et il est possible d’envoyer de grosses pièces jointes sans que celles-ci restent stockées indéfiniment sur votre boîte mail.

De plus, Lilo vous permet de savoir où vous en êtes dans votre consommation de carbone avec votre boîte mail en fonction de l’espace utilisé pour le stockage de vos messages.

Dans la même idée que Lilo, Newmanity est un serveur mail qui veille à sa consommation de carbone et protège votre vie privée, tout en reversant 20% des cotisations mensuels auprès d’associations de votre choix. Cependant, je n’ai jamais testé leurs services, je ne sais donc pas ce que ça vaut. (Pour ceux qui l’ont testé, n’hésitez pas à me donner votre avis, ça m’intéresse !)

 

Les moteurs de recherches

 

6) Planter des arbres avec Ecosia

Interface du moteur de recherche Ecosia

 

Tout comme Google, Ecosia est un moteur de recherche dont la particularité réside dans le fait qu’il plante des arbres. Les publicités que les utilisateurs aperçoivent en surfant sur le web permet de faire gagner aux moteurs de recherche une trentaine d’euro par personne. Ecosia utilise ce financement indirect pour planter des arbres, essentiels à la survie de la planète. Au moment où j’écris cet article, Ecosia c’est 7 millions d’utilisateurs réguliers et plus de 17 millions d’arbres plantés.

Début 2017, j’ai testé Ecosia pendant un mois, mais malheureusement, la qualité des recherches étaient beaucoup moins pertinentes que celles de Google. Je passais donc sans cesse d’un moteur de recherche à un autre, Ecosia ne trouvant pas le contenu que je désirai régulièrement. C’est vraiment dommage, car l’initiative est très bonne. Heureusement, j’ai pu trouvé mon bonheur avec un autre moteur de recherche plus éthique que Google et qui fait mouche à presque tous les coups : Lilo.

 

7) Financer des projets sociaux et environnementaux grâce à Lilo

 

Chaque année, grâce aux publicités générées, chaque utilisateur fait gagner environ 30 euros aux moteurs de recherches. Cumulée au milliard d’utilisateurs d’Internet, ça représente une sacrée somme. Et si vous pouviez choisir où va cet argent ?

C’est le principe de Lilo, un moteur de recherche qui vous permets de donner l’argent des publicités à des causes sociales ou environnementales.

Comment ça marche ?

Chaque recherche effectuée sur Lilo vous permet de gagner une goutte d’eau. Vous donnez ensuite vos gouttes d’eau au projet de votre choix, et ce gratuitement. Les projets sont très variés et touchent tous les domaines, que ce soit l’éducation, la santé, l’environnement ou le social. Grâce aux projets environnementaux, Lilo compense ses émissions de carbones en finançant des projets dans ce but.

Contrairement à Google, Lilo ne possède pas de cookie de tracking qui revend vos données privées à des tiers. Il garantit au maximum votre anonymat en empêchant les sites de vous pister.

 

Voilà, c’était mes 7 astuces pour un Internet plus vert et plus éthique. Il y en a pleins d’autres sans doute, mais cela fera peut-être l’objet d’un autre article ! 

Et vous, qu’est-ce que vous faites pour diminuer votre empreinte énergétique sur le Web ?
Connaissiez-vous certains des outils que j’ai présenté, et qu’en avez vous pensez ?
Votre retour est très important pour moi, il me permet de m’informer mais également de progresser. N’hésitez donc pas, toute critique bienveillante est la bienvenue !

 

Source : Empreinte environnementale du web

 

Le partage : la nouvelle valeur émergente 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c69078518cceefb9e912cc1714b4c5c1================
%d blogueurs aiment cette page :